Depuis l'enfance nous sommes habitués à porter du cuir, sans vraiment nous poser les bonnes questions, d'où provient ce cuir, comment est il travaillé, quelles en sont les conséquences environnementales et sociétales ?

Dans l'inconscient collectif, le cuir est un symbole de qualité, de résistance, c'est la matière noble par excellence. Mais la réalité est nettement moins jolie et l'impact du cuir beaucoup moins insignifiant qu'il y parait.

Souffrance animale et cruauté, problèmes environnementaux et exploitation humaine, il nous a semblé évident que le cuir n'avait pas sa place dans nos collections.

Pour le respect de la vie animale

La courte vie des animaux élevés pour leur viande et leur peau est particulièrement horrible. Une vie faite de privation, de confinement et de mauvais traitements, à laquelle l'atrocité de l'abattage vient mettre un point final.

Chaque année, plus d’1 milliard d’animaux, vaches, veaux, cochons, agneaux mais aussi chiens et chats, sont tués pour leur peau. Car le cuir n’est pas uniquement un sous-produit de la viande, c’est le dérivé le plus rentable de cette industrie.

Acheter du cuir, c’est soutenir directement l’élevage intensif, ses dérives et sa cruauté envers les  animaux. 

Pour la sauvegarde de l'environnement

déforestation mondiale

Émissions de gaz à effet de serre, déforestation, pollution de l’eau … l’élevage intensif est à l’origine de sérieux problèmes environnementaux. La FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'Agriculture)  estime que la production de viande et de cuir est responsable de 18% des gaz à effet de serre soit plus que tous les transports réunis (13%).

Dans un rapport de 2009, Greenpeace souligne que l'élevage est responsable d'environ 80% de la déforestation dans la région de l'Amazonie et de 14% de la déforestation mondiale. En conclusion, on estime que la production d'1kg de cuir a des répercussions environnementales 20 fois supérieures à la production d'1kg de matière synthétique tel que le polyester. 

Le tannage est également extrêmement polluant : afin d'empêcher leur décomposition, les peaux subissent un traitement chimique - souvent à base de chrome reconnu cancérigène - les conséquences peuvent être désastreuses surtout dans les pays en voie de développement.

Par manque de réglementation en Inde ou en Chine, d'où provient la majorité du cuir tanné, les déchets toxiques sont déversés dans les nappes phréatiques polluant ainsi les eaux et les sols.

Pour la dignité et la santé des êtres humains

tannerie à Dhaka au Bangladesh

Les personnes qui travaillent pour les tanneries ou vivent à proximité développent des maladies dues à l’exposition aux produits chimiques. Par exemple, au Bangladesh, on estime que 90% des ouvriers,  de cette industrie, dont certains sont mineurs, ne dépasseront jamais les 50 ans*. (*source One Voice).

Parce que les animaux sont des êtres sensibles, parce que notre écosystème est en danger et que les humains ne sont pas épargnés, tous nos sacs et accessoires sont écoresponsable, véganes et labellisés PETA.